Accueil
 
 
 
 

Inquiétude et condition de l'espoir

La mobilisation de l'électorat de droite et le choix au travers de la sélection massive de François Fillon a de quoi inquiéter pour l'avenir de notre pays.

Que des électeurs appartenant sans doute à des catégories, des familles, d'origine moyenne, modeste, parfois frappées de pauvreté donnent leurs suffrages à un programme d'un incroyable contenu réactionnaire devient préoccupant. D'autant qu'il faut bien y ajouter ceux qui, dans la droite populiste et nationaliste sont aussi nombreux à recueillir une approbation des mêmes catégories.

Certes il ne faut pas oublier qu'il y a une autre moitié (a peu près) coupée elle même en deux, qui peut exprimer des souhaits différents déchirée entre l'enfumage socio libéral des Hollande et Valls et la protestation d'une gauche radicale comprenant la force (hélas insuffisante) des communistes.

C'est bien là qu'est l'espoir d'un regroupement permettant de dégager les véritables transformations économiques, sociales et sociétales dont à besoin notre pays. Mais c'est rêver que cela pourra devenir réalité sans un Parti Communiste fort. Car cette gauche, mise à mal par nos gouvernants actuels qui ont réalisé l'exploit de se couper de sa base progressiste, ne pourra se rassembler sans cela, sur un bon compromis capable de vaincre les conservatismes qui vont jusqu'à afficher de véritables intentions digne de ce que le passé nous à offert d'inspiration bonapartiste ou légitimiste.

Le système présidentiel se prête à merveille à l'effacement des idées au profit de la personnalité du candidat et donc à la tromperie généralisée à l'égard des électeurs.

Un danger dont le PCF ne s'est pas suffisamment protégé ! Car au fond pour nombre de ses électeurs et bien au delà c'est lui qui doit incarner la personnalité mais il lui est cependant difficile de ne pas lui donner une représentation physique ! Que l'on ne me dise pas que ce n'est pas dans sa culture, il y aurait bon nombre d'exemples à donner dont Duclos et Marchais !

PS - Commentaire corrigé dans sa forme à 16 h 45 tant sa rédaction était nulle ce dont je m'excuse (jacques.laupies@orange.fr)

DSC_0669On ne lui demande pas de fabriquer un parti centralisant la gauche radicale ! On voudrait plutôt qu'il  soit une personnalité (que nous avons contribué à faire) qui synthétise dans la concertation toutes les expressions d'une gauche d'alternative ! S'il ne le fait pas sa responsabilité sera grande dans un probable échec de cette gauche que l'on ne peut envisager sans inquiétude.

Il veut rencontrer l'histoire mais il s'y prend mal ? Qui a intérêt à cette maladresse ? Pour l'instant il n'est pas l'option que nous avons localement choisie !

 

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.