Accueil
 
 
 
 

On nous prend pour des cons, c'est une grosse erreur, nous ne le sommes pas

Les fins de WE sont généralement riches en évènements politiques. Riche c'est beaucoup dire quand les médias sont conduits à capter des évènements généralement orchestrés en fonction des besoins de la pensée dominante plutôt pauvre. Dans ces cas là on a plus tendance à un spectacle d'informations politiques, de prestations personnelles du ou des derniers disant dans la farandole exhibitionniste des deux ou trois derniers jours. Après Hollande et Valls omni présents, on a vu Lemaire, Macron et d'autres.

Ce dernier lundi nous avons droit à la mise en émergence de Arnaud Montebourg, plutôt flatteuse pour l'ancien ministre qui se positionnerait au sein d' une gauche rebelle et opposée aux sociaux libéraux, avec le soutien plus ou moins explicite des "frondeurs".

Juppé par contre a droit à des commentaires pas très à son avantage au point que l'on se dit que l'équipe de communication de Hollande doit y être pour quelque chose. L'attaque repose sur des fautes de gestion imputables au Maire de Bordeaux.

Je ne parlerai pas des "misères" à l'encontre des "Nuits Debout" et des organisations syndicales sans compter que l'état d'urgence semble déborder dans la répression des manifestations

Si cette comédie dure jusqu'en 2017 les français pourront comme commencent à le dire haut et fort certains qui ne s'embarrassent pas de formes atténuées : "on nous prend pour des cons"

Sans compter qu'on nous bassine avec le harcèlement sexuel dont sont victimes les femmes et la "tolérance" papale à l'encontre d'un Cardinal lyonnais, histoire de faire lourdement diversion sur des sujets traités à coup de hache par la gent politique et médiatique ! Car si l'on se met à juger, ou seulement délibérer, sur des harcèlements sexuels effectués de plus par leurs auteurs avec usage de menaces contre celles (où ceux) qui les subissent : aie, aie, y en a pour un bon bout de temps. Tout autant que s'il faut trancher sur la pertinence du respect du secret du confessionnal ou du simple domaine du secret professionnel. Gageons que les prisons déjà bien remplies vont littéralement déborder. Mais bon si la solution est là...

Je doute que ceux qui bavassent sur ces questions parfois avec un peu de légèreté et se dressent en justiciers, avant la justice, oublient de nous rappeler qu'il existe des gens qui se battent pour obtenir de véritables droits dans le travail (notamment le salaire égal pour les femme) le contrôle de gestion des entreprises par leurs salariés, des augmentations de salaires et de pensions, des citoyens qui ne veulent pas comme les trois quart des français de la fameuse loi Travail, que les 32 heures doivent devenir une priorité et que les jeunes ont droit à l'autonomie économique et a une formation dès lors qu'ils sont déscolarisés. Que tout cela est possible comme il est possible de le financer par une grande réforme fiscale et qu'il est donc difficile d'ignorer les luttes sociales actuelles.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.