Accueil
 
 
 
 

Assemblée générale des vérérans à Port de Bouc

C'est à Port de Bouc que les vétérans communistes du 13 tenaient leur assemblée générale.

Port de Bouc , ville dont la municipalité est sous direction communiste, est pour les plus anciens tout un symbole des années soixante durant lesquelles ces villes représentaient dans ce secteur des Bouches du Rhône (étang de Berre) une véritable ceinture rouge. Après l'arrivée des gaullistes au pouvoir en 1958, elles constituaient un pôle de résistance à la droite et à une social démocratie relativement présente dans le département (Marseille, Aix, Arles pour ne citer que les villes les plus importantes).

Et il était très instructif d'entendre deux historiens (Serge Wolikow et Jean Domenichino) évoquer les préliminaires du Front populaire et son déroulement qui ont préparé nationalement de dans le département ces conquêtes municipales accompagnées de nombreuses luttes.

Felix Girolami présidait cette assemblée en remplacement de Raymond Navarro souffrant et excusé. Felix Girolami devait donc remercier la Maire communiste, qui accueillit ensuite les vétérans, et évoquer en particulier le prestige de cette salle Youri Gagarine qui recevait les participants. Une salle qui avait été utilisée à l'occasion de la venue de l'astronaute soviétique.

Port de Bouc, ville profondément marquée par les luttes ouvrières depuis celle des dockers et des ouvriers de la sidérurgie, rappelle aux anciens une époque qu'il faut faire connaître aux jeunes générations. Rien ne vaut pour réhabiliter l'histoire le vécu des anciens et parfois je me plais à évoquer avec ce que je côtoie, ce jour où en présence de Waldeck Rochet, de Paul Laurent et d'un autre Secrétaire National du PCF dont je ne suis pas sûr (défaut de mémoire) que ce fut Georges Marchais, je fus propulsé avec Félix Girolami en tête du cortège qui inaugura l'Avenue Maurice Thorez.

Même si à l'époque je ne mesurais as la signification de l'honneur que l'on nous accordait en notre qualité de jeune, j'en ai retenu cependant cette idée que le PCF veillait à intégrer les jeunes militants dans son développement.

Je n'ai pu assister à la manifestation culturelle de l'après midi, ni au déjeuner. Le plaisir de retrouver cette assistance n'en a pas moins été grand.

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.