Accueil
 

Les sites amis

 
 
 

Le meilleur remède contre l'ingérence religieuse ou autre dans l'éducation : une éducation nationale renforcée

Il est incontestable qu'une bonne partie de la population supporte mal la différence, plus particulièrement dans les tenues vestimentaires, que quelques personnes, à mon avis minoritaires, veulent imposer pour bien marquer leur identité, notamment religieuse mais aussi ethnique ou nationale. Les trois allant souvent de pair. Ce réflexe est d'autant plus accentuée que de développe dans notre société des stigmatisations provoquées par l'importance que l'on attribue aux phénomènes liés à l'immigration dont évidemment la délinquance ou de simples incivilités. Phénomènes, disons le tout de suite, qui ne sont pas propres aux populations immigrées mais les frappent plus que d'autres tout simplement parce qu'elles les plus soumises à l'exclusion du travail, à la pauvreté dans des proportions plus importantes. Il s'ensuit de cela une exploitation politique dont ne se privent pas, certes des extrémistes (issus de intégrismes religieux de tous bords dont ne se privent pas les adeptes de nos trois religions monothéiste : juifs, chrétiens et musulmans) mais les plus modérés, ceux qui se disent attachés à la laïcité quand cela les arrange, ou la mettent dans un tiroir quand cela les dérange, et souvent la brade en vue d'un clientélisme électoral ! Car la laïcité, essentiellement "fixée" par la loi de la séparation de 1905, est une loi de tolérance qui autorise des interprétations et nécessite sans doute des adaptations. Adoptée pour mettre un terme aux ingérences religieuses, notamment catholiques, et plus particulièrement dans le fonctionnement des institutions relevant de l'état, l'objectif a été atteint (encore que partiellement) en matière d'éducation nationale. Mais la neutralité de l'enseignement ne peut se résumer seulement à sa séparation du fait religieux. Il faut bien prendre en compte les incidences que peuvent avoir sur lui les institutions privées, confessionnelles ou liées à des préoccupations économiques, philosophiques ou carrément politique. Il faut bien voir les limites qu'impose à cette neutralité la formation des enseignants eux-mêmes, le respect qu'ils ont des programmes scolaires et la nature même de ces programmes. On le voit ces questions sont autrement importantes que la tenue des mères de familles lorsqu'elles accompagnent leurs enfants dans des déplacements scolaires, sauf si elles ont à charge d'encadrer d'autres enfants. Mais le meilleur moyen de remédier à cet inconvénient contraindrait les parents à se vêtir autrement et à se dispenser de toute manifestation de leur appartenance religieuse. Il serait de laisser cette responsabilité à l'éducation nationale Le seul moyen d'éviter des situations ambigües ne peut consister qu'à rendre l'école et tous les lieux et personnels placés dans une fonction à caractère étatique avec les moyens et les formations nécessaires au respect de cette neutralité. Libre, hors de ces lieux et de ces encadrements véritablement laïques, le droit de pratiquer une religion, de recevoir des enseignements et des formations auxquelles, chacun, à sa charge ou à celle de sa famille, peut accéder à titre privé. En un mot, dans l'enceinte scolaire et toutes les annexes mettre les moyens financiers et en personnels pour que dans le cadre d'horaires les plus étendus possible les enfants et les jeunes, y compris étudiants, accèdent au savoir et à la culture. Exiger des collectivités territoriales que leurs propres interventions soient également respectueuses de ces principes laïques. Si la part de l'éducation laissée aux familles, à des associations, à des collectivités territoriales en est réduite, l'intervention renforcée du service public ne peut qu'améliorer le principes d'égalité entre tous, précisément mis à mal par les facteurs sociaux généralement producteurs d'inégalités (revenus insuffisants. logements inadaptés, formation des parents insuffisante, etc.)

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.