Accueil
 

Les sites amis

 
 
 

Refonder : le mot fait mode !

Nous avons eu à ratifier, nous adhérents du PCF, une liste du Front de Gauche à présenter aux élections européennes. Je dis bien ratifier, car à moins de voter nul ou de s'abstenir il n'y avait d'autre solution que d'entériner ce que nos dirigeants nationaux avaient négocié avec semble t-il un certain nombre de difficultés.

Nous l'avons donc fait car à un mois du scrutin il aurait été pour le moins difficile d'aller expliquer que nos partenaires avaient des exigences pour le moins discutables et que dans la situation politique que nous connaissons l'artillerie lourde de la bourgeoisie française et européenne, va nous bombarder d'arguments justifiant la poursuite de la politique de ses fidèles serviteurs, libéraux et sociaux libéraux et nous balancer quelques pruneaux à coloration nationaliste.

Il fallait savoir aller à l'essentiel.

Le Pen qui est loin d'être un imbécile profitera cependant de l'occasion pour, à l'appui des réalités économiques et sociales, nous servir un discours à nous rendre jaloux, nous mêmes autant que Besancenot, Mélenchon, et tous les syndicalistes européens qui s'insurgent sur le trafic de main d'œuvre et d'exploitation qui résulte de cette Europe, anti démocratique, anti sociale et pro mondialiste à la sauce capitaliste.

Il glissera au passage son discours populiste qui évidemment promettrait, s'il aboutissait, des lendemains peu enchanteurs puisqu'il le déclare ouvertement, en substance : " chacun retrouve sa souveraineté, fait ses choix économiques et sociaux, négocie avec les autres les échanges et régule les flux de population à sa guise et selon ses besoins".

Autrement dit, c'est le statu quo sur les inégalités de développement, les inégalités de protection sociale, qui ne manqueront pas d'exacerber les conflits de classes et de nations et nous conduiront à l'une de ces catastrophes dont le 20ème siècle nous a fourni des exemples dont on peut craindre le renouvellement.

Je finirais par répondre positivement à ce journaliste de M6 qui voulait lors de la campagne des municipales que les extrêmes se rejoignent en tentant d'accréditer l'idée qu'au fond les communistes (qu'il considérait comme étant des extrêmes) rejoignaient le FN. Sauf que nous ne parlerions pas des mêmes extrêmes.

Il nous classait dans les extrêmes et n'avaient pas compris qu'en l'occurrence nous étions plutôt des éléments qui tentaient de créer :

- au plan général,une troisième force locale pour précisément combattre les extrêmes qui soutenaient pour les uns la politique de collaboration avec l'Europe des marchés financiers de l'UMP et du PS et pour les autres (pas toujours qu'au FN) la sortie de l'Europe à grands coups de discours nationalistes ou gauchistes,

- à l'interne de la gauche un rapprochement entre le PS tenté de voler au secours de la droite et un parti de gauche choisissant l'isolement suicidaire.

Curieux pour certains de retrouver le communistes modérateurs et prônant le rassemblement et tentant de recomposer, de recentrer les forces de gauche et républicaines, de positionner la population sur des objectifs de luttes et de conquêtes sociales.

Saurons nous faire comprendre que l'Europe peut comme le disent certains être une chance mais pas une chance pour les transnationales et les banques mais une chance pour la paix et le progrès social de toutes ses composantes. A condition qu'elle prenne le parti des peuples et pas celui de la finance.

UNE EUROPE QU'IL FAUT EFFECTIVEMENT REFONDER.

Quant à refonder le Front de Gauche, il faut bien se mettre dans la tête que cela ne peut se faire, là comme en toute alliance et rassemblement qu'en établissant d'abord des rapports de forces qui le permettront. De toutes les forces de gauche et pas seulement de celles qui s'octroient des labels le temps d'une campagne électorale.

Pour les communistes cela consiste à ne pas perdre leur identité et leur influence et même à les renforcer !

HIER SOIR LE CONSEIL MUNICIPAL S'EST REUNI.

Rien de bien significatif à souligner si ce n'est la préoccupation de la majorité de droite et de l'opposition (FN) de veiller à ne pas augmenter les impôts, de se retrouver dans la commission chargée de la Sécurité (à la demande du groupe FN) et de se préoccuper de la mise en œuvre (par la majorité) de l'achat ou de la location de l'immeuble de la caserne de l'ancienne gendarmerie.

Gageons que les uns et les autres vont jouer au mieux disant sur ces questions et faire usage de leur démagogie habituelle oubliant que l'impôt est injuste et qu'il ne faut pas le réduire mais mieux le répartir pour faire du social, oubliant également que la Sécurité (celle des citoyens) ne sera jamais vraiment garantie tant que ne seront pas réglées les situations de pauvreté qui engendrent, fort heureusement plus partiellement qu'on le prétend, les transgressions à caractère économique !

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.