Accueil
 
 

31 Mai00:00
 

L'expression a évidemment deux significations l'une qui rappelle une notion de direction : la bonne direction, l'autre qui indique l'aboutissement d'un raisonnement empreint de logique et de raison.

Dans leur réunion de ce lundi les communistes de Tarascon avaient à débattre de l'attitude à tenir en l'absence de candidature de leur parti aux élections législatives. Il leur fallait donc trouver une position de bon sens !

Dès lors que l'accord est établi pour battre non seulement l'extrême droite mais également la droite et ses nouveaux alliés objectifs se réclamant du social libéralisme du Président de la République, il faut choisir le candidat le mieux placé parmi ceux qui font des propositions les plus proches de celles que nous défendons.

Il est clair que ce ne peut-être que celui qui se réclame de la France Insoumise de Jean Luc Mélenchon dont nous avons soutenu la candidature et qui a obtenu plus de 20 % sur la circonscription et dans notre ville se trouve ainsi placé en seconde position derrière Marine Le Pen dans les autres grandes villes.

Certes se sont retrouvées sur la candidature de Jean Luc Mélenchon les appuis de forces politiques différentes mais fort heureusement les électeurs n'ont pas, quant à eux, fait de détail. Ils ont massivement approuvé une proposition de renversement de la politique d'austérité pratiquée par le gouvernement socialiste de Hollande et Valls et du coup ont marqué leur opposition à l'extrême droite, à la droite et à la recomposition macronienne de centre (droit et gauche)

C'est bien cela qu'il faut prendre en compte et faire grandir, quelles que soient les réserves que l'on puisse formuler sur les stratégies des uns et des autres, que nous ne partageons pas toujours. Nous continuons à penser que dans ce pays rien de positif ne pourra se faire dans un rassemblement des forces républicaines de gauche dans laquelle il faut inclure tous ceux qui remettent en cause les politiques de l'offre, en faveur du patronat et exigent une politique de la demande en faveur des couches populaires.

 

Il est évident que si ce rassemblement avait pu se faire Marine Le Pen n'aurait pas été au second tour de la présidentielle et que l'affrontement des forces de la gauche avec la droite recomposée aurait pu se traduire par des perspectives de changement profond.

 En ce qui concerne les élections législatives la même démarche de rassemblement aurait du s'imposer. Les communistes de Tarascon demeurent convaincus que précisément pour atteindre cet objectif le renforcement de leur influence est nécessaire. C'est la une question cruciale qui se pose et dont il faudra débattre le moment venu. L'union est un combat concret de terrain et pas seulement des vœux pieux exprimés par des dirigeants quels qu'ils soient.

Mais pour l'heure il importe de maintenir, en l'absence de candidature communiste, la cohésion des forces  ayant soutenu la candidature Mélenchon. La seule candidature représentative de ces forces localement est celle de la France Insoumise et il ne faut surtout pas se laisser aller à une dispersion de ceux qui ont permis son émergence. Non pour je ne sais quel calcul politique décidé par quelque stratège locaux, mais dans le souci de renforcer l'engagement d'électeurs qui espèrent a plus ou moins brève échéance se doter d'élus à leur service.

Avec un souci : vivre mieux en se libérant des conceptions d'un libéralisme économique toujours plus exigeant et opprimant et trouver l'expression la plus proche pour les représenter et les défendre.